BLOLÉQUIN- CHEFFERIE TRADITIONNELLE: LE DÉPUTÉ AIMÉ GNONSIAN FAIT SON CONSTAT.

DUEKOUÉ : Emploi Jeunes 60 jeunes recrutés par la Plateforme des Services pour les Thimo. Message du président Simon Doho à la population du Guémon GUIGLO / Présentation de voeux : Les populations chez le préfet de région. AXE BLOLEQUIN-TOULEPLEU : Les travaux de bitumage avancent à grand pas. CAVALLY- GUEMON /FILIÈRE HEVEA : Les producteurs broient du noir GUIGLO / Électrification rurale : Plusieurs villages sortis des ténèbres.

BLOLÉQUIN- CHEFFERIE TRADITIONNELLE: LE DÉPUTÉ AIMÉ GNONSIAN FAIT SON CONSTAT.

La question de la chefferie traditionnelle dans le département de Bloléquin connaît une dégradation au point de toucher la sensibilité des cadres et fils dudit Département.

Le Député Aimé Gnonsian,cadre et fils du village Tuambly s'est entretenu avec Wê Radio.

Wê Radio( WR): Bonjour Honorable,
Pouvez-vous nous donner les raisons de ces tumultes au niveau des leaders traditionnels à BLOLÉQUIN concernant leur autorité bien que vous-mêmes êtes non seulement de BLOLÉQUIN mais homme de loi?

Aimé Gnonsian(AG): Nous assistons depuis plusieurs années et particulièrement depuis 2011 à des palabres a n'en point finir quand au choix de nos chefs de villages, chefs de canton, chefs de terres, présidents de jeunes, présidents d'associations, présidentes de femmes, parfois même chefs de famille, dans notre cher département. Et pourtant, par le passé, les choix et successions étaient fluides, la transmission se faisant selon nos US et COUTUMES.
Élections par ci, élections par là....

WR: Voulez-vous nous faire savoir que dans tous les villages du département, les chefs passent forcément par la voie électorale ?

AG: Il est vrai que certains villages comme Médibly sont restés fidèles à nos valeurs de consensus, de discernement, de cohésion sociale, d'anticipation, de respect de la tradition, etc....mais dans la majeure partie des cas, l'apologie de la démocratie est devenue monnaie courante. Et pourtant !

WR: À ma foi, cette pratique vous déplaît. N'est t'il pas légitime en Côte d'Ivoire de voter pour qu'un chef accède à la magistrature suprême d'un village ?

AG: Il est à noter que même la troisième constitution de notre pays qui accorde une place de choix à la chefferie traditionnelle n'a pas osé en imposer le mode de choix. Pourquoi donc toute cette agitation à Bloléquin sans même jeter un coup d'oeil chez les voisins où tout semble pourtant calme ?
Des chefs à peine installés puis contestés et débarqués, des ''commissions électorales'' si tôt mises en place si tôt dénigrées, des populations qui se retrouvent directement devant les autorités administratives pour régler leurs différends sans se référer aux autorités traditionnelles, Le déballage de tout sur la place publique...bref, il y a un malaise profond. Plus aucun respect de nos aînés, de nos traditions, de notre hiérarchie, de nos valeurs...

WR: Avant de terminer notre entretien, à qui s'adresse réellement votre cri de coeur?

AG: Je soumets donc mon inquiétude à la réflexion de tous afin qu'une introspection générale soit faite pour le retour aux fondamentaux de notre société traditionnelle.

WR: Nous sommes en fin d'année, votre message pour les populations de BLOLÉQUIN ?

AG: Comme j'aime le dire "la tête dans les étoiles, les pieds sur terre"
Bonne et Heureuse Année 2019!

Yves Beh BAH, la Fibre Optique de l'Ouest, Correspondant Wê Radio
Tél:08696613/56423137
E-mail : bahesdras@gmail.com

DANS LA MEME CATEGORIE

Top