CÔTE D'IVOIRE /Région du Guemon: Résolution des conflits fonciers, l'Union des Wê propose ses recettes

Guiglo / Électrification rurale : La population de Troya 2 plaide pour insuffisance de poteaux électriques. CÔTE D'IVOIRE /Région du Guemon: Résolution des conflits fonciers, l'Union des Wê propose ses recettes GUIGLO /Trésorerie nationale : La population sensibilisée sur la plateforme " BAOBAB". AFRIQUE / RÈGLEMENT DE CONFLITS POLITIQUES : Urbain Amoa annonce la création d'une médiation panafricaine. L'artiste Guy de l'Ouest fête ses 10 ans de carrière musical aumaquis espace Byé de Yopugon Sideci Côte d’Ivoire: réhabilitation des enclos sacrés des glaé (masque Wê), Bangolo reconnaissant à Ouattara

CÔTE D'IVOIRE /Région du Guemon: Résolution des conflits fonciers, l'Union des Wê propose ses recettes

En vue de trouver des solutions durables aux conflits fonciers récurrents à l'ouest de la Côte d'Ivoire précisément dans les régions du Cavally et du Guemon, l'Union des Wê a entamé une tournée d'explication et d'information du vendredi 22 au lundi 25 mars 2019 dans les départements de Duekoué, Bangolo, Facobly et Kouibly.

Dans ces différentes localités la délégation des Chefs traditionnels conduite par sa Majesté Joseph Blanchard Doh ( Chef suprême de l'Union des Wê) a eu des échanges francs avec leurs homologues qui les ont accueillis.

Première étape de la tournée, la ville de Kouibly, après les civilités rendues au corps préfectoral, les échanges peuvent se déroulés au domicile du Chef de Canton Tao. À l'entame donc de la rencontre, Joseph Tahouo Gnanhoutoho Chef de Canton Zéa a déballé les raisons qui ont suscité la présente tournée.

" Nous avons décidé de mener cette mission à travers le Guemon suite à celle qui a eu lieu déjà dans la région Cavally récemment pour vous donner des informations relatives à la création de l'Union des Wê.

Nous voulons désormais résoudre les problèmes au pays Wê de façon concertée et surtout avoir une vision commune de la gestion de notre peuple." S'est adressé le membre de la mission à la chefferie traditionnelle de Kouibly.

Abondant dans le même sens, Blanchard Doh, Chef suprême de l'Union s'est voulu rassurant en ces termes.

" Notre structure veut se donner les moyens humains pour aboutir à une gestion saine des terroirs naturels du peuple Wê à court terme, sensibiliser et informer ledit peuple à l'effet de s'adhérer pleinement à l'Union, mettre en place une organisation qui obéit à un séminaire ou à une assemblée autour des résolutions durables des conflits fonciers pour cerner les contours à long terme ." Précise le Chef de la délégation.

Dans toutes les localités visitées par la mission les Chefs traditionnels ont évoqué des préoccupations. Il s'agit entre autres de la position de la nouvelle structure présentée par apport au comité régional du Directoire de la chambre des Rois et Chefs traditionnels.

Répondant à la question, le Président de l'Union a indiqué que sa structure reste et demeure un organe consultatif du comité régional du Directoire. Selon Blanchard Doh, l'Union des Wê ne saurait se substituer à l'institution nationale mais maintient sa place de générateur d'idées pour le développement et la dignité du peuple Wê.

Autre préoccupation évoquée, les femmes ont revendiqué leur place au sein de l'Union des Wê. À ce sujet, les responsables de la structure naissante ont applaudi l'idée et rassuré la gente féminine qu'elle a un rôle très prépondérant à jouer dans les organes de gestion de l'Union.

" Même si depuis longtemps la femme n'a pas droit de titre dans la chefferie coutumière au pays Wê, l'Union dira que le temps est venu pour que nous voyons les choses autrement. Pour preuve nous nous sommes déplacés avec deux femmes dans la délégation notamment la présidente des femmes du département de Bangolo et la représentante des femmes de Blolequin au sein de l'Union.

En clair la place des femmes est bien validée dans notre structure." A ainsi répondu Joseph Tahouo, porte parole de la délégation aux femmes de Kouibly. Plusieurs autres doléances ont été faits à la mission dans la région du Guemon. Il s'agit de l'établissement de la carte d'identification des Chefs traditionnels. Une situation qui les préoccupe tous car indignés le plus souvent dans les contrôles de routine selon eux.

Dans un constat généralisé, cette question de carte de membre de comité régional de la chambre des Rois et Chefs traditionnels est revenue à mainte reprise dans toutes les tournées que l'Union a entreprises dans les régions du Cavally et du Guemon.

" Depuis la mise en place du comité régional du Directoire, nos responsables du Guemon et du Cavally nous tournent en rond sur la question de l'établissement de nos cartes de membres, on ne comprend pas pourquoi cette attitude. Et pourtant eux mêmes détiennent des carte qui les identifient au niveau de la Chambre Nationale des Rois et Chefs traditionnels de Côte d'Ivoire.

Vraiment nous souhaitons que l'Union nous vienne au secours pour régler définitivement cette question de carte de membre." Ont plaidé les Chefs coutumiers du Guemon. Réagissant à cette autre préoccupation, Joseph Blanchard Doh, Chef Suprême des Wê a dît à ses homologues que tout ceci n'est question de temps et d'engagement.

" C'est pourquoi nous vous demandons de vous adhérer pleinement à l'Union des Wê pour régler de commun d'accord toutes ces questions en suspend dans notre corporation." Rassure le Chef suprême. Au palais de la médiature des Chefs traditionnels de la localité de Tieny-Siably, sa Majesté Badia Kei Sea 2, Chef de Canton Péomé a quant à lui fait des propositions de résolution de Conflits fonciers à ses hôtes .

" Je souhaite la bienvenue à l'Union et encourage les initiateurs. Ma proposition c'est que l'Union mette en place un tribunal coutumier dans les régions du Cavally et du Guemon pour régler les conflits de tout genre mais principalement les questions de terre objet des palabres récurrents entre autochtones, allochtones et allogènes d'une part et allochtones et allogènes d'autres part dans ces deux régions, élaboré des stratégies pour renforcer les méthodes " planter-partager" et la location de terre tout en interdisant la vente de terre, pratique à laquelle s'adonnent nombreux de nos jeunes dans les villages.

Ainsi donc l'Union pourra véritablement apporter sa touche à la consolidation de la paix et la cohésion sociale entre les communautés dans le Cavally et le Guemon." A contribué le Chef de Canton Péomé.

Dans toutes les localités visitées, l'Union a obtenu le soutien du corps préfectoral qui a estimé que la mise en place de la structure est venue à point nommé dans la mesure où cela va appuyer les activités de paix et de cohabitation Pacifique entre les communautés dans la région du Guemon.


Oscar Goué pour la Radio Télévision Wê

DANS LA MEME CATEGORIE

Top